Mont Huntington, Alaska - Expédition GEAN

Mont Huntington, Alaska - Expédition GEAN

Le GEAN c’est le Groupe Excellence Alpinisme National, soutenu par la FFCAM, qui donne la chance à de jeunes alpinistes d’être encadrés par 3 guides coachs pendant 2 ans et de réaliser des stages et des expéditions de haut niveau. Pour la promotion 2017-2018, le groupe était composé de 9 alpinistes : Marion Lemaire, Camille Marot, Nathalie Poizat, Antoine Avenas, Antonin Cecchini, Hugo Dherbey, Thibaut Fortané, Octave Garbolino et Aurélien Vaissière.

Entre avril et mai 2018, le GEAN s’est rendu en Alaska pour gravir la face ouest du Mont Huntington (3731m), objectif de leur expédition finale.

GEAN-2018-expedition-huntington

Crédit photo : Damien Tomasi
Le GEAN devant la face ouest du Huntington. De droite à gauche : Mathieu Détrie, Christophe Moulin, Antonin Cecchini, Aurélien Vaissière, Camille Marot, Nathalie Poizat, Antoine Avenas, Marion Lemaire, Hugo Dherbey, Octave Garbolino et Damien Tomasi.

Trois équipes pour 3 projets qui ont en commun l’escalade de mille cent mètres de face en mixte et en glace.

  • Voie Harvard 1200m ED+ M6/A3
  • Voie Colton / Lynch 1200m ED M6 WI90°
  • Voie Polar Chrom 1200m ED M6 WI°90
Face ouest Mont Huntington - Expe GEAN 2018 - Photo Paul Roderick
Crédit photo : Paul Roderick of Talkeetna Air Taxi
Les 3 voies de la face ouest du Mont Huntington empruntées par les 3 équipes du GEAN

Le Mont Huntington, en forme de pyramide, se situe au sud-sud-est du Denali dans la chaine d’Alaska. Il a été gravit pour la première fois en 1964 par une équipe conduite par l’alpiniste français Lionel Terray (voir le reportage Les coulisses de l’exploit, archive disponible sur l’INA).

L'équipe des 11 alpinistes arrivent le 18 avril à Anchrorage et se font déposer sur le Glacier de Tokositna, au pied de la face ouest du Mont Huntington, le 22 avril.

Avion compagnie compagnie Talkeetna Air Taxi glacier Tokositna - Photo Damien Tomasi

Crédit photo : Damien Tomasi
Dépose en avion sur le glacier de Tokositna par la compagnie « Talkeetna Air Taxi » de Paul Roderick

L’expé commence par une vraie leçon de patience avec une tempête et des chutes de neige incessantes (6 mètres en cumulé) qui bloquent le groupe au camp de base les 18 premiers jours ! Il aura fallu de nombreux coups de pelles pour creuser des tranchées autour des tentes.

Camp de base Huntington face ouest - Photo Damien Tomasi

Crédit photo : Paul Roderick of Talkeetna Air Taxi
Le camp de base sous 18 jours de neige

Avec une fenêtre météo favorable de 3 jours, les 3 équipes décident d’attaquer simultanément leurs voies respectives le 10 mai.

Projet - Voie Harvard 1200m ED+ M6/A3 : Damien Tomasi (guide) avec Aurélien Vaissière, Antonin Cecchini et Hugo Dherbey

Récit d'expédition par Damien Tomasi

«Le soleil réapparait enfin le 9 mai et nous profitons de cette belle journée pour faire la trace jusqu’au pied de la Harvard route, notre objectif.

Harvard Route / Mont Huntington - Photo Damien Tomasi

Crédit photo : Damien Tomasi
Aurélien et Antonin en approche de la rimaye avec Le Mont Hunter et le Mont Crosson en arrière-plan

Le lendemain, nous quittons le camp de base à 4h. Grâce à la trace de la veille nous ne mettons que 50 minutes pour atteindre la rimaye. Après le couloir d’attaque nous prenons pied sur l’arête du « Stégosaure » puis rapidement dans la petite goulotte de « The Alley » où Hugo doit creuser une véritable tranchée.

Crédit photo : Damien Tomasi
A gauche : Hugo au départ de « The Alley » / A droite : Antonin sur l’arête qui relie « The Alley » à « The Spiral »

Après cette longue approche, les choses sérieuses commencent… Aurélien se lance dans « The Spiral », un solide M5. Au-dessus, une autre longueur de M5 mène à « The Chimney » : une rampe/cheminée remplie de neige et difficilement protégeable.

Au-dessus, les difficultés diminuent un petit peu et après quelques longueurs où mixte et pente de neige se succèdent nous arrivons au pied du « Nose ».

The Spiral Harvard / Huntington - Photo Damien Tomasi

Crédit photo : Damien Tomasi
Aurélien dans « The Spiral », solide M5 !

Alors que la neige et les nuages sont de retour, nous décidons de gravir la longueur et de fixer celle-ci afin de gagner du temps le lendemain matin. Pendant qu’Antonin tente sa chance en libre, avec Hugo, Damien et Aurélien terrassent deux emplacements de bivouac.

Départ du Nose - Harvard Route / Mont Huntington - Photo : Damien Tomasi

Crédit photo : Damien Tomasi
Antonin au départ du « Nose »

Après un début prometteur, face au dévers, Antonin doit se résoudre à utiliser son étrier et sa longe réglable pour gravir le « Nose ». Installés dans nos tentes, nous pouvons tranquillement déguster notre repas et échafauder nos plans pour le lendemain.

Bivouac Harvard Route / Mont Huntington - Photo Damien Tomasi

Crédit photo : Damien Tomasi
Bivouac au départ du « Nose »

Le lendemain, nous décidons de partir léger et de laisser sur place notre matériel de bivouac. Après la longueur du « Nose », une traversée mixte (un peu expo) nous amène non loin de la sortie du « West face couloir ».

Au-dessus, de longues pentes de neige et de glace nous mènent sur l’arête sommitale.

Pente vers l'arrête sommitale du Mont Huntington - Photo Damien Tomasi

Crédit photo : Damien Tomasi
Aurélien dans les pentes qui mènent à l’arrête sommitale

Alors que nous l’observions depuis le matin, la perturbation qui se trouvait plus au sud nous enveloppe quand nous ne sommes qu’à quelques mètres de l’arête sommitale. Rapidement, la neige commence à tomber et le vent souffle de plus en plus fort…

Sur l’arête nous ne voyons plus à 10 mètres et, doucement, nous traversons vers le sommet en ayant bien à l’esprit que d’immenses corniches surplombent le versant Est de la montagne. Alors que l’altimètre indique qu’il ne nous reste que 40 mètres de dénivelé pour atteindre le sommet, nous butons sur un ice-flute assez raide, sûrement débonnaire par beau temps, mais dont l’ascension prend une toute autre dimension quand la tempête fait rage…

Tempête Mont Huntington

Crédit photo : Damien Tomasi
A gauche : point le plus haut atteint, 40 mètre sous le sommet du Huntington / A droite : Aurélien dans la descente

Après concertation, nous décidons que l’aventure s’arrête ici. Déçus de louper le sommet de si peu mais contents d’avoir gravi la voie alors que les conditions météo et de grimpe n’étaient pas optimales, nous jetons nos cordes vers le bas. C’est sous les spindrifts de plus en plus forts que nous enchaînons les rappels… 8 heures plus tard, nous touchons le glacier. »

Projet - Voie Colton / Lynch 1200m ED M6 WI90° : Mathieu Détrie (guide) avec Camille Marot, Marion Lemaire et Octave Garbolino

Récit d'expédition par la cordée

« Christophe nous répétait tous les matins « Pas y craindre, le créneau va arriver », un refrain rassurant qui a maintenu l’énergie dans le groupe. Le beau temps semble annoncé et la motivation redouble. Notre cordée part tranquillement fixer la rimaye et les premières longueurs. En réalité, nous allons surtout faire de belles marches, toutes prêtes pour le lendemain ! Nous rentrons ensuite au camp pour profiter des quelques heures de soleil tant attendues. Le moral est au beau fixe !

Marche d'approche - Voie Colton

Notre voie se divise en trois parties distinctes. La première est une grande goulotte de 600 mètres en glace noir, parfois bien raide. Nous avançons doucement mais suffisamment vite pour nos pauvres mollets tout amyotrophiés des 18 jours passés à pelleter au camp de base !

Voie Colton

C’est donc bien entamés que nous arrivons au pied de la deuxième partie. Il nous a suffi le temps de se réhydrater pour faire tomber et perdre une de nos deux tentes de bivouac. Nous constatons que la météo ne semble pas se maintenir au beau. Il neige à l’horizontal et la visibilité se dégrade. Avec le masque, nous voyons à 10 mètres ! Cela suffit pour avancer, non ?

La deuxième partie jusqu’à l’arête est plus mixte et varie entre pentes de neige et rocher, le tout dans un itinéraire qui louvoie. Nous commençons à réaliser que la grimpe dans la neige en Alaska n’est pas aisé : rame et brasse sont au rendez-vous ! Bref, nous avançons à un rythme himalayen… Mathieu négocie la dernière goulotte raide et nous trouve un super emplacement de bivouac. La moitié de la cordée se doit de dormir dehors. Par chance, c’est la seule nuit claire du mois !

Goulotte dans le voie Colton

Mont Huntington, voie Colton - Alaska

Le lendemain, sans surprise, il neige. Nous sommes maintenant bien habitués à cette météo et rien ne nous arrête. Octave part en tête. Notre avancée continue à s’apparenter à de la natation : brasser des mètres cubes de neige pendant des heures sans réellement avancer (30 mètres/heure en moyenne). L’escalade s’apparente plutôt à un « ramping vertical ». À 15h, à moins de 50 mètres de l’arête sommital, nous décidons de renoncer. Il neige, le vent se lève et nous n’avons plus qu’une tente pour quatre. La décision est rude, nous sommes déçus mais nous nous sommes tout de même bien acharnés. Grâce à Mathieu qui a tout observé et anticipé lors de la montée, la descente se négocie rapidement. En quelques heures, nous rejoignons le pied de la face dans une ambiance canyon ! Nous retrouvons alors le camp de base en début de soirée.

En résumé, pas de bras levé sur le sommet mais nous aurons tous vécus un joli combat et fait preuve de persévérance. »

Projet - Voie Polar Chrom 1200m ED M6 WI90° : Christophe Moulin (guide) avec Nathalie Poizat et Antoine Avenas

Récit d'expédition par Christophe Moulin

« Seule notre équipe a réussi à trouver un créneau, avant le départ, entre deux chutes de neige, pour fixer quatre longueurs de cordes dans la partie technique du bas de la voie Polarchrom.

Le deuxième jour, soit le 11 mai, la tempête est revenue pour nous surprendre en pleine paroi. Nous nous sommes alors retrouvés le soir, en pleine tempête, près du sommet (50m de dénivelé environ). Nous avons alors choisi de poser le bivouac là où nous nous trouvions afin d’attendre un créneau pour atteindre le sommet. Impossible de s’aventurer sur les immenses corniches sans visibilité.

Après 24 heures d’attente sans voir la moindre éclaircie, nous avons alors pris la décision de redescendre à 19h le 12 mai. Nous sommes arrivés au camp de base à 3h du matin. »

Mont Huntington - Polar Chrom route

Crédit photo : Christophe Moulin
Nathalie et Antoine dans la voie Polar Chrom

C’est avec une pointe de déception que le groupe quitte le glacier le 13 mai mais tous s’accordent à dire qu’il aurait été difficile de faire mieux sans mettre en danger sévèrement la sécurité des cordées.

Matériel CiLAO utilisé par le GEAN : PAPANG 5D & TAKAMAKA SUMMIT.

Pour information, la sélection pour la promotion GEAN 2019-2020 aura lieu début décembre 2018 et les inscriptions sont possibles jusqu’au 15 novembre (plus d’informations).